Archive for voyage

Pourquoi nous vivons mieux que des rois

Avant-hier, j’ai participé à un séminaire à Istanbul où la fameuse question du temps de travail a été abordée. Un sujet épineux, comme vous vous en doutez. Et, évidemment, nous avons eu droit pour l’occasion à une panoplie d’interventions sans queue ni tête. L’une d’elles, cependant, m’a semblé plus originale et pertinente que les autres, à tel point que j’ai eu envie de vous la présenter. Elle prenait en effet le temps de s’extraire de l’immédiat pour avoir une vraie vision d’ensemble. L’intervenant y expliquait comment notre société allait nous amener à travailler moins pour gagner plus. Et cela n’avait rien d’un mirage : en effet, ce mouvement était déjà à l’oeuvre. Depuis des années. Les innovations qui ont fait leur apparition au cours de la révolution industrielle nous ont en effet permis de nous enrichir de manière globale et de vivre plus sainement. Les métiers que nous exerçons aujourd’hui requièrent moins de temps et menacent moins notre santé qu’il y a un siècle. En fait, nous jouissons même actuellement d’une santé, d’une espérance et d’un niveau de vie dont ne pouvaient même pas rêver les rois au Moyen Âge ! Le scénario-catastrophe selon lequel à l’avenir, nous devrons tous travailler jusqu’à 100 ans est par conséquent dépourvu de tout fondement. C’est plutôt l’inverse qui va se produire. La recherche scientifique rend le salarié plus productif et lui permet de travailler de moins en moins longtemps et de moins en moins dur, tout en gagnant en valeur ajoutée. En Occident, le temps où la moitié de la population était active dans le secteur de l’agriculture est désormais révolu, et ce, grâce au tracteur, aux engrais, aux modifications génétiques et aux techniques d’agriculture perfectionnées. Au cours des deux derniers siècles, nous avons surtout consacré l’augmentation collective de notre espérance de vie et de notre richesse à davantage de temps libre. Le fait que nous devions aujourd’hui à nouveau travailler plus longtemps n’est qu’un accident passager. Nous avons en effet pris une avance sur de la richesse que nous n’avions pas encore engendrée. Mais si l’on prend le temps de prendre du recul, on s’aperçoit que l’avenir nous est à plus de richesse, moins de travail et toujours plus de temps libre. Ce séminaire à Istanbul a été une véritable bouffée d’optimisme dans le pessimisme actuel. Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous laisse le lien vers l’organisateur de notre séminaire à Istanbul. Très belle ville d’ailleurs.

Posted in voyage | Commentaires fermés

Fallingwater : le chef-d’œuvre de Frank Lloyd Wright

Un séminaire incentive aux Etats-Unis m’a permis de découvrir un coin du pays où je n’étais encore jamais allé : la Pennsylvanie. Si j’avais déjà visité New York lors de précédentes visites, je n’étais encore jamais sorti de la ville (trop de choses à voir et à faire). Si je l’ai fait cette fois, c’était pour découvrir la célèbre Fallingwater. Et l’excursion en valait vraiment la peine. Pour un amateur d’architecture tel que moi, cette maison est presque un temple. Pour ceux qui ne connaissent pas, j’ai eu envie de vous présenter l’homme et sa demeure. Frank Lloyd Wright, son concepteur, est sans doute l’architecte américain le plus connu du XXe siècle. Il vécut presque un siècle et fut extraordinairement prolifique durant une grande partie de sa vie, concevant des bâtiments nombreux et très variés, et trouvant des solutions très originales aux problèmes posés par chacun. Il ne se répétait pas et ne perdit jamais sa créativité. Il était aussi très indépendant, ne se référant à aucune école ou style, mais se fiant à sa propre inspiration. Dans sa jeunesse, il travailla avec Louis Sullivan, l‘un des architectes relativement peu nombreux qu‘il respectait. Il resta très américain, niant ses affinités avec le style moderne qui, du moins à l‘origine, fut une invention européenne. Il se fit d‘abord connaître en construisant des maisons pour les riches familles de la région de Chicago, ce qu’il appelait des « prairie houses », basses et étalées, avec des toits et terrasses en porte à faux adaptées au terrain. Bien qu’il ait travaillé à de plus gros projets à partir de 1905, il continua à réaliser des maisons privées durant toute sa carrière (dont la sienne, Taliesin, dans le Wisconsin, qui fut reconstruite deux fois, et abritait une communauté de disciples sur laquelle l‘architecte régnait en guru exigeant). la plus célèbre de ses maisons est Fallingwater (1936-1959), qui se situe à Bear Run. Car c’est à Fallingwater que Frank Lloyd Wright intégra avec le plus de réussite la maison dans le paysage. Elle est tout simplement fabuleuse à découvrir. Elle est située au milieu des bois, sur une colline escarpée. Le rez-de-chaussée est construit sur des piliers, avec des terrasses surplombant une cascade. Le cœur du bâtiment, en pierre, s’élance à la verticale, et la plupart des parois sont en béton et en verre. Des éléments horizontaux s’interpénètrent d’une façon complexe et inventive. Absolument moderne, c’est aussi une demeure romantique : Wright déclara qu’elle était en partie inspirée d’un temple maya. Quoique, de ce point de vue, cela ne m’a pas paru évident à première vue (ni à seconde vue, d’ailleurs). Je me suis gorgé de musées et de belles constructions lors de ce séminaire incentive (les Etats-Unis, et notamment New York, sont un paradis architectural), mais aucune oeuvre ne m’a plu autant que la maison de Wright. Si vous passez un jour à New York, pensez à vous échapper de la ville (même si c’est difficile, je sais). Pour en savoir plus, je vous renvois vers l’organisateur de notre voyage incentive aux USA.

Posted in voyage | Commentaires fermés

Tous à la plage

Posted in voyage | Commentaires fermés

En mode plage

Posted in voyage | Commentaires fermés

Au coeur du pays des diamants

Envie de faire un petit week-end original prochainement. J’ai découvert une destination très insolite : diamondland. La terre des diamants, au cœur de l’Europe, en Belgique, à Anvers. S’il vous arrive d’entendre dans les rues d’Anvers l’expression « Mazel ou’Bracha », vous avez toutes les chances de vous trouver dans le quartier des diamantaires. Ces deux mots, en effet, signifient « bonne chance » en yiddish et ils accompagnent toujours la conclusion d’une affaire. Depuis le XVIe siècle, lorsque 40% du trafic mondial des marchandises transitait par Anvers, cette ville des Flandres est la capitale des pierres précieuses, et les juifs en sont les tailleurs les plus expérimentés – même si les Indiens et des spécialistes d’autres nationalités ont commencé à conquérir une bonne partie du marché. Chaque année, huit diamants bruts sur dix passent par Anvers et un sur deux est taillé dans le quartier de cette ville, autour de la gare centrale, entre la jezusstraat et l’Appelmanstraat. 0utre les boutiques et les ateliers, on trouve au moins quatre Bourses pour les transactions. Au Diamondland Showroom (Appelmanstraat 33; on peut acquérir des joyaux et apprendre, au cours d’une visite guidée de 20 minutes environ, les secrets et les curiosités du métier d’orfèvre et de sertisseur. Un musée est consacré au diamant, le Provincial Diamantmuseum’ (Koningin Astridplein 19-23; horaires : 10h-17h30, fermé le mercredi). C’est l’occasion unique d’admirer les diamants les plus célèbres taillés à Anvers du XVII siècle a nos jours, dont les reproductions des joyaux de la Couronne britannique, et les deux énormes gemmes du Koh-i-Noor (« Montagne-de-lumière ») et du Cullinan. Si vous voulez en prendre la vue, c’est le lieu idéal. Vous pourrez même assister à la taille de certaines pierres, et vous verrez que même la poussière est récupérée. Rien ne se jette. J’ai découvert cela sur le guide voyage insolite, qui vous donnera pleins d’autres tuyaux sur ce qu’il y a faire sur place.

Posted in voyage | Commentaires fermés

La conquête de l’espace

Cet été fut merveilleux, nous plongeant tous dans l’univers rouge de la planète Mars. La conquête de l’espace se poursuit, avec les sonde Voyager 1 et 2, mais aussi avec la sonde Dawn qui poursuit son étude des asteroides. Les évènements spatiaux font preuve des avancées raisonnables des pays en matières d’exploration et de conquête spatiale. Mais faut il encore poursuivre cette conquête spatiale, qui coûte si chère ? Le journal Ouest France pose la question, et argumente la réponse par la voie d’une spécialiste du CNRS. « Dans la conquête de l’espace, il y a deux choses distinctes : la conquête pour la Terre avec l’installation de satellites, et la conquête exploratrice tournée vers le reste de l’univers », distingue Isabelle Sourbès-Verger, spécialiste en géopolitique spatiale au CNRS. La première se justifie facilement : sans satellite, adieu à la météo, à la télévision en haute définition, au système GPS, à l’Internet mobile et aux télécoms. Quotidiennement, la plupart des Terriens ont recours à ces technologies, sans même s’en apercevoir. L’Agence spatiale européenne, fondée en 1975, est en train de mettre en place Galileo, le système de géolocalisation par satellite européen. Utilisé notamment dans la stratégie militaire, ce dispositif permettrait à l’Europe de ne plus dépendre des États-Unis et de la Russie. La Chine aussi cherche à venir à bout de cette tutelle. Si l’Empire du milieu a des décennies de retard en matière de conquête spatiale, son enthousiasme récent n’est pas dépourvu d’intérêts : « L’envoi de satellites coûte moins cher et demande moins d’entretien que l’installation d’infrastructures terrestres, comme pour les télécoms par exemple », explique Isabelle Sourbès-Verger. Le prochain homme à poser le pied sur la Lune pourrait bien être chinois. Prestigieuse, cette mission suggère que la Chine, tout comme les États-Unis et la Russie, voit la Lune comme un possible moteur énergétique. On y trouve de l’Hélium 3 en grande quantité, un élément recherché pour ses applications en fusion nucléaire. Cet argument est souvent avancé pour justifier la conquête spatiale. Isabelle Sourbès-Verger le balaie de la main : « En l’état actuel, son extraction est infaisable. Sans parler du fait que la Lune n’est à personne. » Jusqu’au début des années 1990, Washington et Moscou se sont livrés une guerre sans merci, pour s’affranchir de la « nouvelle frontière » et devenir une superpuissance. Barack Obama, en octobre 2010, a mis à la retraite la navette Atlantis et rangé au placard le programme lunaire Constellation. L’envoi de Curiosity, sur Mars, est un moyen de crédibiliser le leadership américain. La question de souveraineté nationale et internationale existe toujours selon Isabelle Sourbès-Verger : « Pour les pays émergents, comme la Chine, la conquête spatiale compte pour l’opinion publique. Il s’agit de faire en sorte d’être reconnu, au niveau international, comme étant une nation technologiquement développée. » Ces innovations robotiques peuvent être exploitées dans de nombreux domaines, comme la médecine. Par exemple, une pompe à insuline a été élaborée grâce à un procédé développé initialement pour les satellites européens. Ainsi on peut se rendre compte que la conquête de l’espace n’est pas anodine, et qu’à l’image des continents et des océans, la territorialité primaire reste l’argument premier qui pousse les hommes. Le voyage dans l’espace pour les hommes n’est pas pour tout de suite, mais les pays marquent déjà leurs territoires.

Neil Armstrong on the Moon from Spacecraft Films on Vimeo.

Posted in aviation, voyage | Commentaires fermés

Stockholm

Voici Stockholm comme vous l’avez rarement vu, superbe vidéo

Posted in voyage | Commentaires fermés

Victoria de Suède revient

Même cause, mêmes effets ! Si elle avait réservé au prince Charles et à son épouse Camilla Parker Bowles sa première apparition post-accouchement en événement officiel le 23 mars dernier, la princesse Victoria de Suède, retournée depuis à son congé maternité auprès de sa petite princesse Estelle, a récidivé pour d’autres dignitaires. Alors que son nom n’a toujours pas fait son retour dans l’agenda de la famille royale, supplanté par celui de son mari le prince Daniel, qui compense avec talent l’absence de l’héritière du trône, la princesse Victoria, 34 ans, a fait l’honneur de sa présence mardi 17 avril 2012 lors de la cérémonie de bienvenue au nouveau président de la Finlande, Sauli Niinistö, et son épouse Jenni Haukio, en visite d’Etat à Stockholm pour deux jours. Comme nous le pressentions.

Ce n’est finalement pas étonnant : on rappellera en effet que le dernier engagement officiel de la princesse suédoise juste avant son accouchement (survenu le 23 février à l’hôpital Karolinska de Solna – Stockholm) avait été dédié à la cérémonie d’adieu à Tarja Halonen, présidente sortante de la République de Finlande. Un mois après avoir dévoilé une silhouette déjà retrouvée et sublimée par une robe vert émeraude lors de la venue des royaux britanniques, c’est cette fois dans une robe à imprimé graphique agrémentée d’un gilet bleu saphir que Victoria s’est jointe au rendez-vous, au palais Drottningholm. Son époux le prince Daniel a été chargé d’accueillir avec le ministre des Affaires étrangères les visiteurs à l’aéroport Arlanda de Stockholm. Le couple présidentiel finlandais a ensuite été conduit aux Ecuries royales, où il était attendu par le roi Carl XVI Gustaf et la reine Silvia (le prince Daniel en a profité pour faire la bise à sa belle-mère, laquelle lançait la veille la vente de fleurs caritative annuelle Mayflower). Ils ont ensuite été acheminés au palais royal en carrosse, où le roi et le président finlandais ont effectué la revue de la garde royale. Lire la suite.

Posted in voyage | Commentaires fermés

Marseille la culturelle

Il s’agit d’ une métropole attachante dans le sud de Paris, il s’agit de la cité phocéenne. Immémoriale et riche de 2500 années d’antécédents, cette cité de Méditerranée présente une popularité de luxuriante, et cette bourgade subsiste pleinement inclassable. Depuis sa fondation, la métropole décontenance par ses dissonances. La ville demeure cordiale par sa cité. La ville affranchie une attraction discrète. Marseille demeure aussi une agglomération didactique avec de nombreux musées. La ville déroute car la cité ne montre pas la singularité d’une métropole traditionnelle. La valeur phare de la ville est son excellent environnement pur : des pointes sauvages à cinq mn au large, de multiples grèves, des merveilleux fonds marins. Avec les calanques. Ce qui affriole aussi est cuistance qui se diffuse dans certains cours de cuisine.

Les déjeuners traditionnels se dévorent du restaurants aux troquets, avec respect. Elle bénéficie en outre d’un environnement exceptionnel quasi annuel. La randonnée dans le pays reste une occupation à ne pas louper. Quelques sentiers connus explorent la contrée. Les falaises demeurent aussi un spot d’escalade fréquent des grimpeurs de la région. La baignade est également une action agréable à Marseille. Le bateau a y compris des adeptes. Repérez les vignes autour de la cité. Des Châteaux organisent des cours d’œnologie à Marseille et dans les vignobles afin de apprécier les vins de la région. Un trait de l’agglomération est son atmosphère. Il subsiste un chaleureux idiome de la région, appréhendé et parlé par beaucoups des locaux. Toute période est manifeste afin de explorer la région. Marseille est séduisante tous les jours. Il y a parfois des faits qui pourraient être piquants, tel que le Festival de Marseille. Actuellement, la région présente d’une analogie décontenancée, mais la région justifie à être vue.Au niveau attractivité, la ville persiste une région attractive pour un séminaire entreprise, le tourisme, et similairement pour les croisières. Alors partez percevoir cette excellente Marseille. La 2nde agglomération du pays subsiste au pivot d’un entrelacement de communications denses avec la majorité des villes de l’Europe.

Posted in voyage | Commentaires fermés

Le sable du Maroc

Le Maroc est une contrée superbe, magnifique pays. Ma boite m’a emmené dans ce magnifique pays pour réfléchir à l’avenir, avec mes autres collaborateurs, et j’avoues que j’ai principalement jouis du Maroc. Tout le voyage était coordonnée par des locaux, de ce fait nous n’avions qu’à nous laisser porter et savourer. Je viens en conséquences totalement ravi par cette nation aux décors si différents. Un séminaire bien intéressant.

Nous avons eu la veine de visiter Marrakech, superbe ville qui frémie. Marrakech a presque unmillion résidents disséminés sur une aire de deux cent km carré. C’est la quatrième ville du Maroc. Marrakech est également l’une des mégalopole universitaires du pays, ce qui en conçoit une ville frémissante en pleine croissance. Les jeunes travaillent ici dans le tourisme, dans l’organisation de conférences et dans les agences évènementielles à Marrakech pour se régler leurs scolarités mais encore pour profiter.

J’aime principalement le clash entre la vieille ville et les lieux touristiques. Les superbes palaces qui se cachent dans les passages de la médina. Mais encore les beaux palaces dans les lieux d’avantage touristiques, qui donnent une pression propre particulièrement dans les bars. J’aime également les pics qui se dressent au loin. Le rif est proche. Nous sommes allés en randonnée en 4×4 au centre de l’Atlas, une enrichissante expérience.

Autre bonne virée, le souvenir de cette excursion en quad et en dromadaire dans les dunes du Sahara. Cadeau de ce voyage incentive au Maroc, cette balade était géante. Nous avons somnolés en bivouac et admiré les étoiles. Pour atteindre les ergs il faut d’abord traverser les plaines. Ces étendues ont généralement de larges plaines, s’allongeant des bases du Rif jusqu’au Bas Atlas, la plaine de de Sebou s’ajuste de bas plateaux, de rivières, quelques cols et des zones arables. Et au sud du Maroc, l’Erg Chebbi, proche de la frontière algérienne, est la plus vaste région rocheuse et sabloneuse dans le Maroc. Diverses dunes atteignent deux cents de hauteur.

Autre pensée organisé par l’agence séminaire à Marrakech, une excursion dans l’omnibus Désert Oriental Express. Ce l’omnibus joint Oujda à Bouarfa sur 305 km de voie ferrée, et vous convie à regarder de superbes paysages marocains accentués de grandes dunes, de tentes nomades et de petites cités délaissée. C’était énorme. Alors kudos à tous pour ces superbes souvenirs.

Posted in voyage | Commentaires fermés

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.