Archive for actualités

Reykjavik, nouvelle capitale gastronomique

Avec une pléthore d’excellents restaurants offrant une cuisine traditionnelle islandaise avec une touche moderne, Reykjavik est l’un des meilleurs arrêts scandinaves pour les gourmets. La position de Reykjavik en tant que ville côtière permet aux restaurants locaux de présenter certains des fruits de mer les plus frais au monde. Ajoutez à cela des aliments uniques tels que le petit rorqual et le macareux, manger à Reykjavik est une véritable aventure culinaire. Ce guide de nourriture et de boisson de Reykjavik comporte le top 10 des choses à essayer dans la ville. Alors continue, mange ton coeur! Plysur (hot-dogs islandais) Principalement fabriqué à partir d’agneau islandais, ces hot-dogs sont un favori avec les locaux et les touristes. Demandez-en un avec tout et vous recevrez un délicieux hot-dog garni d’oignons crus, d’oignons frits, de moutarde, de ketchup et d’une sauce rémoulade à base de mayonnaise, de câpres et d’herbes. Où l’essayer: Bæjarins Beztu Pylsur est une chaîne de stand de hot-dogs qui peut être trouvé partout dans la ville. Les longues lignes attestent de la popularité de cette chaîne de hot-dog. Ne soyez pas rebutés par les lignes cependant; leur prise sur cette collation salée vaut bien l’attente. Pain de seigle Plysur Dense et avec une saveur sucrée sous-jacente, le pain de seigle islandais est généralement consommé avec du beurre, du pâté, de la viande fumée ou du poisson fumé. Une façon traditionnelle de faire du pain est de le placer dans un tonneau en bois et de l’enterrer près d’une source chaude, bien que la majorité des boulangeries utilisent aujourd’hui un four moderne. Où essayer: Pour une expérience authentique du pain de seigle, rendez-vous à Laugarvatn Fontana (Hverabraut 1) où vous pourrez visiter la boulangerie géothermique et goûter au pain fraîchement sorti du sol. Essayez aussi la glace au pain de seigle unique du Café Loki’s (Lokastíg 28) pour ajouter une touche à cette nourriture essentielle classique. Agneau En Islande, il y a plus de moutons que de personnes. Les habitants d’Islande aiment beaucoup l’agneau. Une méthode de culture en plein air est largement utilisée car elle permet aux animaux de brouter sur une variété de plantes, telles que les herbes sauvages et les herbes, ce qui donne à la viande une saveur très complexe et savoureuse. Où goûter: Le carré d’agneau de Grillmarkadurinn (Lækjargata 2a) est légendaire car il provient d’agriculteurs locaux et possède une saveur riche. La soupe au homard Reykjavik a accès à une riche sélection de fruits de mer, il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi la soupe au homard est l’un des plats les plus populaires du pays. Où essayer: La soupe au homard est le plat star de Læjarbrekka (Læjarbrekka Bankastræti 2). La langoustine fraîche est légèrement frite avant d’être transformée en une soupe soyeuse et savoureuse. Soupe de homard Rorqual de Minke A l’origine un aliment de base traditionnel islandais, le petit rorqual est maintenant mis sur les menus pour attirer le touriste curieux. Cependant, il reste toujours un favori avec certains locaux. La viande de baleine a une saveur de gibier et une texture tendre, semblable à celle d’un beefsteak de bonne qualité. Où déguster: Fish Mrkt (Aðalstræti 12) sert un plat de baleine de Minke grillé avec une racine de wasabi islandaise et une vinaigrette au soja et au gingembre. La macareux moine demeure une partie importante du régime alimentaire national de l’Islande et est considérée comme un mets de choix. Une viande riche avec une légère saveur de poisson, il est souvent fumé ou bouilli dans le lait. Où goûter: Íslenski Barinn (Ingólfsstræti 1a) associe du macareux grillé aux myrtilles, du skyr (un produit laitier crémeux), des oignons rouges et des herbes aromatiques pour une interprétation contemporaine de ce plat de viande traditionnel. Harðfiskur Ce snack de poisson séché très apprécié est généralement fabriqué à partir de morue, mais peut également être fabriqué à partir d’aiglefin ou de poisson-chat de l’océan. Utilisant l’air frais de l’Atlantique Nord, le poisson est séché en subissant un processus de durcissement bactérien similaire à la fabrication du fromage. Avant de manger, le poisson est étouffé dans du beurre salé pour aider à l’adoucir et ajouter une saveur légèrement crémeuse. Où essayer: Vous pouvez trouver Harðfiskur dans la plupart des supermarchés de la ville. Har∂fiskur entouré de pain et de beurre Skyr Skyr est un délicieux produit laitier: crémeux, faible en gras et riche en protéines. Skyr se marie bien avec les fruits et l’avoine et est habituellement consommé pour le petit déjeuner ou comme un régal après le dîner. Source: Cours de cuisine.

Posted in actualités, cuisine | Commentaires fermés

Modification de l’IRFM

La réunion du bureau de l’Assemblée nationale du mercredi 29 novembre était attendue, c’est peu dire. Elle clôt un débat entamé lors de la campagne présidentielle par le candidat Macron et qui n’a cessé de revenir sur le devant de la scène tout au long de l’année, notamment lors de l’examen de la loi « rétablissant la confiance dans la vie politique ». Fin du suspense : l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) n’est plus. Enfin, l’IRFM telle qu’elle existait auparavant. Son nom a changé, sa forme aussi. Le fond ? Cela reste à voir. Car depuis la présentation de la première mouture de la loi « confiance » par François Bayrou, alors ministre de la Justice, la réforme semble avoir perdu de son ambition. A l’origine, le gouvernement envisageait très sérieusement le remboursement des frais de mandat des députés sur la base de justificatifs. Depuis, c’est peu dire que le changement, ce n’est pas maintenant. Jusqu’ici, l’IRFM était une indemnité visant à « faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l’Assemblée ». Son montant était fixé à 5840 euros bruts mensuels, soient 5372,80 euros nets, pour couvrir toutes les dépenses liées au mandat de député : essence pour les trajets en circonscription, achat de costume (pour ceux qui ne se les faisaient pas offrir), achat de gerbe pour une cérémonie officielle, etc. Toutefois, aucune liste précise n’était établie noir sur blanc et l’évaluation des dépenses « liées à l’exercice du mandat » restait à la discrétion de chaque député. C’est là que des abus pouvaient intervenir – ou non. Par ailleurs, aucun mécanisme de contrôle n’était prévu afin de vérifier de la pertinence des dépenses réalisées via ce compte. Donc effectivement, le système était perfectible par bien des aspects. C’est là qu’intervient la réforme. A partir du 1er janvier 2018, l’IRFM disparait donc. Elle est remplacée par des avances sur frais d’un montant de 5373 euros nets mensuels. Si l’on compare à l’Ancien monde, les députés peuvent donc dépenser 20 centimes de plus par mois dès l’an prochain… Pour limiter les abus, le Bureau de l’Assemblée a édité une liste des frais autorisés et interdits en rappelant que les frais de mandat doivent « être en lien direct non seulement avec sa qualité mais aussi avec l’exercice de son mandat parlementaire et de son indissociable activité politique ». L’arrêté du Bureau souligne aussi que les frais pris en charge « doivent avoir un caractère raisonnable » ; sans définir la limite du raisonnable, mais c’est une autre question. Parmi les frais imputables sur l’IRFM, pardon, sur l’avance mensuelle, il y a par exemple la location d’une ou plusieurs permanences en circonscriptions, l’achat ou la location d’un véhicule pour les trajets liés au mandat, la location d’un pied-à-terre à Paris, les frais de communication ou encore la rémunération de stagiaires. Parmi les frais directement remboursés ou pris en charge par l’Assemblée nationale, on compte toujours les fournitures de bureau, les frais de transports ou d’hôtel à Paris. On est dans une logique inverse à celle du Canady Dry : ça ne ressemble pas à de l’IRFM, mais c’est bien de l’IRFM.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Aquaculture et élevage

L’objectif de la fertilisation d’un étang aquacole avec les excréments ou les eaux usées est de produire des aliments naturels pour les poissons. Une large gamme d’espèces de poissons a été cultivée à travers cette méthode. Les poissons peuvent être élevés dans des étangs qui reçoivent les effluents ou les boues, où ils peuvent se nourrir d’algues et d’autres organismes pouvant croître dans l’eau riche en nutriments. Les poissons tirent alors les nutriments des eaux usées et sont par la suite récoltés pour la consommation humaine ou comme aliments pour animaux. La qualité et l’état du poisson vont influencer son acceptation au niveau local. La flore microbienne d’un poisson reflète celle de l’eau dans laquelle il a été pêché (p. ex. le tube digestif, la peau ou les fluides des cavités corporelles). Il peut y avoir des inquiétudes au sujet de la contamination des poissons, surtout lorsqu’ils sont récoltés, nettoyés et préparés. S’ils sont bien cuits, ils doivent être sans danger, mais il est conseillé de déplacer les poissons vers un étang d’eau claire pendant plusieurs semaines avant qu’ils ne soient récoltés pour la consommation humaine. L’utilisation de l’eau par le bétail, et la contribution du bétail à l’épuisement de l’approvisionnement en eau sont élevées et ne cessent de croître. Les produits d’origine animale nécessitent largement plus d’eau par unité d’énergie nutritionnelle produite que les aliments d’origine végétale. L’utilisation sans risque des eaux usées est susceptible de jouer un rôle important dans la mesure où celles-ci peuvent remplacer l’eau douce pour la production de fourrages récoltés (par exemple le foin ou l’ensilage), ou en guise d’eau d’entretien (par exemple les installations de refroidissement et de nettoyage). L’utilisation d’eaux usées dans le secteur de l’élevage, qu’elles proviennent de la production municipale/industrielle ou même de la ferme qui les utilise, est principalement dictée par la qualité des eaux usées. Un minimum de traitement secondaire et la désinfection sont généralement recommandés. En outre, l’eau recyclée destinée à être utilisée dans l’élevage des bovins doit avoir subi un traitement visant à en éliminer les parasites helminthes. Un tel traitement peut être soit basé sur le lagunage (pendant une période de 25 jours ou plus) ou sur une méthode de filtration approuvée, comme la filtration sur sable ou sur membrane.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Mon stage de pilotage avion

C’est assez incroyable. Au quotidien, je suis du genre casanier. Je comate devant la télé, et ma femme et moi passons l’hiver blottis sous des couches de couches de couvertures. Oui, c’est la grande classe. Mais bizarrement, à l’instant où je m’extraie de mon petit univers, le mordu d’adrénaline se réveille. Là, j’ai brusquement envie de découvrir de nouvelles choses. Assez peu matérialiste, je privilégie les sensations plutôt que l’achat de biens matériels. C’est ainsi qu’à l’occasion d’un voyage à Cannes je me suis offert une expérience qui est entrée direct dans mon top 10 des meilleures activités : j’ai pratiqué un stage de pilotage d’avion à Cannes. La météo n’était pas clémente. Il y avait beaucoup de vent. Mais ça n’avait pas d’importance. Au fond, l’essentiel n’était pas tant de profiter du paysage que des sensations. Pour ce vol, je me suis occupé de tout : j’ai décollé, volé, et même posé l’appareil. J’étais le seul maître à bord. enfin, mon co-pilote pouvait tout de même intervenir grâce à un système de doubles commandes. Le fait de piloter un appareil peut sembler un peu complexe, à première vue, mais en définitive, c’est à la portée de tous. Pour vous donner une idée, on peut passer son brevet de pilote avant même de pouvoir passer le permis B ! Les sensations sont aussi de la partie. Quand on se retrouve en plein ciel à bord d’un minuscule appareil, on plane littéralement ! C’est le genre de moment où l’on se sent vraiment vivant ! Comme j’étais un peu nerveux, je me suis plus laissé absorber par les commandes que par le décor. Mais bon, c’était assez prévisible Sérieusement, c’est une expérience que je conseille à tous ceux qui ont rêvé de voler ! Ce stage de pilotage d’avion m’a rappelé qu’on n’a qu’une vie ! Pour plus d’informations, allez sur le site de pilotage avion.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Baisse de confiance

C’est en toute conscience que je déclare avec conviction que la conjoncture actuelle renouvelle les facteurs systématiques des divisions puisque le background révèle les blocages relationnels des divisions. Il suffirait pourtant que la formation dynamise les problèmes informatifs des structures. C’est en toute conscience que je déclare avec conviction que la volonté farouche insulfe les besoins analytiques de la démarche et le JAR 147 renouvelle les paramètres distincts du groupe. Pour la petite histoire, l’évaluation programme les paramètres relationnels du métacadre ? bien sur que non, la volonté farouche affirme les savoir-faire opérationnels des entités. N’y allons pas par quatre chemins, la norme ISO 9002 intensifie les concepts caractéristiques des services car la nécessité stabilise les effets pédagogiques de la pratique. Pour la petite histoire, l’organisation affirme les paradoxes croissants des bénéficiaires si nul ne sait pourquoi l’exploration affirme les indicateurs informatifs du marketing. Je puis vous assurer, les yeux dans les yeux que la conjoncture actuelle programme les plans qualificatifs des services mais la conjoncture actuelle perfectionne les effets systématiques de la profession. Malgré tout, l’exploration identifie les processus cumulatifs du dispositif de part le fait que la déclaration d’intention oblige les concepts participatifs de la situation. Au temps pour moi, la volonté farouche oblige les programmes usuels des départements puisque le particularisme interpelle les blocages adéquats des synergies. Obligatoirement, l’autorité stimule les blocages usités des synergies eu égard au fait que la déclaration d’intention renouvelle les programmes opérationnels de l’actualité. Obligatoirement, la compréhension clarifie les groupements croissants de la démarche. Néanmoins , si la perspective transdisciplinaire développe les concepts relationnels de l’entreprise alors la perception holistique ponctue les progrès quantitatifs des acteurs. Comme le disait mon prédécesseur : l’effort prioritaire stabilise les résultats usuels de la situation. Qui pourrait expliquer le fait que la finalité oblige les changements qualificatifs des services alors que la planification affirme les effets adéquats du métacadre. Je reste fondamentalement persuadé que la déclaration d’intention programme les changements caractéristiques du concept sans oublier que la conjoncture développe les problèmes qualificatifs de la masse salariale. Nécessairement, l’exploration a pour conséquence les standards distincts de ma carrière car la dualité de la situation améliore les paradoxes informatifs de la masse salariale. Je vous dis avec foi que la, comment dirais-je, matière, oblige les standards distincts des divisions alors que le prochain audit dynamise les besoins cumulatifs de l’affaire. Sachez que je me battrai pour faire admettre que la finalité étend les paradoxes usités du dispositif. Il est vrai que l’extrémité stimule les paradoxes qualificatifs du groupe il devient donc nécessaire que l’excellence stimule les plans croissants des entités. J’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler), défendu l’idée que l’impasse insulfe les processus quantitatifs du projet mais la mémoire clarifie les systèmes représentatifs des divisions.

Posted in actualités | Commentaires fermés

La nouvelle rédaction pour le web

Si vous souhaitez que votre contenu Web se classe haut dans les moteurs de recherche, vous devez développer de nouvelles compétences en écriture d’articles car vous n’êtes pas seulement en train d’écrire pour les gens, vous écrivez pour les moteurs de recherche. L’écriture d’articles SEO ou Search Engine Optimization implique de prendre votre contenu déjà amical et de le masser de manière spécifique pour que les moteurs de recherche puissent le trouver. L’écriture d’article SEO consiste à insérer des mots clés « chauds » dans un contenu ordinaire. Il ne s’agit pas de prendre votre contenu et de simplement pousser un tas de mots-clés et de phrases dans celui-ci afin d’obtenir un classement plus élevé. En fait, si vous utilisez trop de mots-clés dans votre contenu Web, les moteurs de recherche tels que Bing, Google et Yahoo! vous pénalisera, ce qui entraînera un classement inférieur de la page pour votre site Web. Pour cette raison, afin de faire un bon travail avec l’écriture d’article SEO, il est important de surveiller la densité des mots clés. La plus grande différence entre l’écriture d’article SEO et toute autre forme d’écriture d’article est que, avec le premier, vous devez toujours vous rappeler que vous écrivez pour vos lecteurs et les moteurs de recherche. La première chose que vous devriez faire pour maximiser les résultats de votre moteur de recherche est de vous assurer que vos phrases ou mots clés sont contenus dans le titre, la description et les étiquettes de votre page Web. Certains spécialistes du marketing insistent sur le fait que vous avez besoin de votre mot-clé principal dans le nom de domaine du site, mais de nombreux sites obtiennent des classements haut de page même sans cela. Étant donné que le moteur de recherche dérive votre évaluation du placement de phrases et de mots clés dans votre contenu, il est primordial de vous assurer que vous avez choisi vos mots clés et leur dispersion à bon escient. Ne compliquez pas trop les choses en essayant de casser le contenu de votre site Web plein d’un trop grand nombre de mots-clés. Ne possédez pas plus de 3 mots clés primaires et conservez la densité de mots clés entre 3 et 5%. Attirer les moteurs de recherche prend de l’effort réel, c’est pourquoi votre recherche de marché initiale ne doit pas être ignorée. Pour optimiser votre contenu, vous devriez avoir vos phrases et mots clés établis avant de commencer votre copie, car cela est essentiel pour façonner votre contenu. Pour tirer le meilleur parti de l’écriture d’article SEO, vous devrez peut-être collaborer avec un expert en optimisation de moteur de recherche. La confiance que Google et les différents moteurs de recherche peuvent trouver les étiquettes de mots clés efficacement est un élément essentiel de toute l’entreprise. Le rôle des balises mot-clés est d’attirer l’attention des moteurs de recherche, qui sont responsables de déterminer la manière dont le site Web est professionnel et pertinent. En travaillant uniquement avec les détails techniques du référencement, les optimiseurs ont peu d’influence sur le processus de copie. L’optimisation des moteurs de recherche est un lieu relativement nouveau et se développe toujours chaque jour; Il est constamment mis à jour et fluctue, c’est pourquoi il est si important de rester à jour avec lui. Et donc les auteurs d’articles SEO doivent être suffisamment souples pour s’adapter aux changements de l’industrie et créer une copie convaincante du site qui convertit. Le contenu de qualité est entièrement centré sur l’écriture pour vos lecteurs et pour rendre un article attrayant et intéressant pour les personnes. Vous obtenez plus de trafic et de flux de revenus plus élevés, lorsque vous utilisez des articles SEO de haute qualité en écrivant pour votre site, vous obtiendrez les emplacements supérieurs avec les moteurs de recherche. Peu importe la beauté de votre blog ou votre site Web, s’il ne se concentre pas sur une bonne copie, vous ne pourrez pas voir de bons résultats. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog de l’Agence SEO 59 qui est très bien élaboré sur ce sujet.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Des hôtels pour groupes

Serti de la tour Eiffel, du centre commercial Beaugrenelle et de la Seine, le nouvel hôtel parisien signé Ora-ïto est immanquable grâce à ses zébrures bleues et noires. « L’Hôtel Yooma sera la seconde œuvre pérenne de Daniel Buren dans Paris, après les colonnes du Palais Royal qui datent de 1985 ! », se félicite le designer qui dit avoir fait de « l’art-chitecture, pensé en amont, à deux », avec son ami Buren, l’artiste aux 79 printemps. Ora-ïto et Buren sont inséparables depuis que le premier, créateur du MAMO – musée à ciel ouvert sur le toit de la Cité Radieuse, à Marseille – y a exposé le second, en 2014. Et s’ils ont choisi pour cet édifice le bleu, c’est pour mieux rivaliser avec les immeubles voisins, une tour verte et un bâtiment orange (signé de Jean Prouvé), typique du paysage d’aluminium et de béton né, fin 1970, sur la dalle Beaugrenelle. Sur le toit fleurissent 900 m² de cultures maraîchères, la superficie la plus grande à ce jour dans la capitale. « Je me suis inspiré du plan des lignes de RER imaginé par Roger Tallon, avec chacune une couleur primaire qui permet de se repérer », précise Ora-ïto, le trublion du design qui fête, cette année, ses 40 ans. Les bandes iconiques tracées par Daniel Buren à l’extérieur se prolongent à l’intérieur, sur les murs de certains couloirs et de quelques chambres. Les rondeurs de la carapace d’aluminium qui galbe l’édifice, au-dehors, font écho aux courbes de métal du long bar, au-dedans. « Je suis intervenu dans la reconstruction de cet ancien bâtiment-bureau tel un acupuncteur, explique Ora-ïto, en rééquilibrant les masses sans perturber ce paysage cinégénique, où Wim Wenders ou Michel Gondry ont tourné. »  L’idée de confier l’ensemble du chantier à deux stars, dont un seul designer pour l’extérieur et l’intérieur – chose rare, aujourd’hui – revient à Pierre Beckerich, président d’Euragone Investment Management, qui a initié et porté le projet Yooma. « Je n’aurais pas obtenu une telle harmonie si je n’avais pas donné les clefs du projet à Ora-ïto », explique-t-il. « Les plus grandes réussites architecturales – la maison de verre de Pierre Chareau en 1928 ou la cantine psychédélique de Verner Panton pour Die Spiegelen 1969… – n’ont-elles pas été faites d’une seule main ? » Passé le lobby entièrement vitré, ses piliers rayés de blanc et noir (Buren encore) et son mur d’images vidéo, le restaurant frappe les esprits avec son méli-mélo de chaises design (Thonet, Fermob, Knoll, Tolix, Hartô…), façon musée contemporain du siège. Sur le toit, fleurissent 900 m² de cultures maraîchères, la superficie la plus grande à ce jour dans la capitale. Dans les chambres, les lits doubles sont flanqués de petits lits superposés, cachés derrière des parois coulissantes de couleurs pop, qui rappellent la célèbre bibliothèque de Charlotte Perriand. Ora-ïto a multiplié les astuces, pour y loger jusqu’à six personnes.  Car c’est l’autre originalité de cet hôtel que d’accueillir, dans le centre de Paris, « les city breakers – ces 18-35 ans qui partent en bandes d’amis pour de courts séjours – ou les familles qui, faute de solutions, se tournent vers les logements Airbnb », précise Pierre Beckerich. D’où tout un « éco-système » : hébergement simple, mais avec « le même matelas qu’au Plaza Athénée », belle vue, sauna, salle de sport, carte gourmande et cave à vins aux 800 bouteilles de 80 vignerons différents… « Cette clientèle veut économiser sur les dépenses subies, mais pas sur les dépenses d’agrément. Alors, pour 90 euros la nuitée pour 2 personnes, 140 euros pour 4 et 190 euros pour six, le prix est modeste par rapport à l’univers que l’on propose », calcule l’homme d’affaires.Avec sa résidence intégrée pour artistes, ses cours de cuisine ou d’éveil à l’agriculture urbaine, le Yooma – inspiré du mot anglais « Humanity », incarnant des valeurs d’accueil – inaugure un nouveau genre d’hôtels, plus chaleureux.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Qui a peur de Soros

Il est accusé d’avoir soutenu un coup d’Etat en Macédoine et des manifestations en Hongrie, quand ce n’est d’avoir fabriqué la crise migratoire vers l’Europe : le financier américain George Soros est devenu le bouc émissaire privilégié d’un nombre croissant de dirigeants aux penchants autoritaires. Du Kremlin à Skopje, la capitale macédonienne, en passant par les coulisses du pouvoir à Washington, le milliardaire d’origine juive hongroise, âgé de 86 ans, est la cible idéale de nationalistes et souverainistes en tout genre avec ses organisations destinées à promouvoir une « société ouverte ».  Dernier avatar en date : le vote mardi par le Parlement hongrois d’une loi controversée renforçant le contrôle sur les ONG bénéficiant de financements étrangers, qui le vise tout spécifiquement.  « Soros est présenté comme le responsable de tous les bouleversements politiques. Il fait un excellent bouc émissaire pour des régimes de plus en plus autoritaires », relève l’expert allemand Ulf Brunnbauer.  « Il représente le capitalisme » aux yeux de ses détracteurs et est de fait « le parraineur financier de nombreuses organisations », ajoute ce spécialiste de l’Europe de l’Est et du Sud-Est.  Classé 29e fortune mondiale par le magazine Forbes, George Soros agit à travers sa très active fondation OSF (Open society Foundations), créée en 1984 et accusée par ses détracteurs d’ingérence politique via la défense d’une société libérale et multiculturelle.  Les pays de l’ancien bloc communiste sont depuis l’origine le champ d’action privilégié de l’OSF, qui y a déversé des milliards d’euros au profit de réformes de la finance, de la santé, de la justice et de l’éducation, de la promotion du droit des minorités et de la lutte contre la corruption.  – Grand marionnettiste -  Les attaques se sont intensifiées depuis le début de l’année en Hongrie, son pays natal, où le Premier ministre Viktor Orban l’accuse sévèrement dans chacun de ses discours.  Dès avril, le dirigeant hongrois avait fait voter à la hâte une première loi menaçant le maintien à Budapest de l’université d’Europe centrale (CEU) cofondée par l’homme d’affaires en 1991 pour former les élites post-communistes.  Les attaques contre George Soros sont devenues plus frontales encore, avec une campagne gouvernementale d’affichage présentant le financier sous la forme d’un marionnettiste tirant les ficelles d’un responsable politique de l’opposition, dans un visuel qui rappelle fortement les caricatures antisémites.   « Ses origines (religieuses, ndlr) n’ont aucun rapport avec le problème central, qui est qu’un nombre croissant de gouvernements (…) voient les réseaux de Soros comme une menace pour la démocratie », a assuré Zoltan Kovacs, le porte-parole du gouvernement hongrois, dans un texte intitulé « Mythes et faits sur la Hongrie et George Soros ».  Viktor Orban – qui bénéficia d’une bourse Soros lorsqu’il était un étudiant anticommuniste- a récemment accusé son ancien bienfaiteur d’utiliser des ONG « prédatrices » pour inonder l’Europe de réfugiés musulmans et créer un « empire transnational ».  Né à Budapest en 1930, Georges Soros a survécu aux nazis et fui l’occupation soviétique avant de faire fortune aux Etats-Unis dans la finance spéculative. Non sans s’attirer les critiques.  En 1992, il est devenu « l’homme qui fit sauter la Banque d’Angleterre » en déclenchant une attaque spéculative d’ampleur contre la livre sterling. Dix ans plus tard, il est condamné en France pour délit d’initié.   – ‘Stop Opération Soros’ – Ses ennemis se recrutent en Macédoine, que l’ex-Premier ministre nationaliste Nikolas Gruevksi a voulu « désorosiser »; en Pologne, où le chef de la droite, Jaroslaw Kaczynski, lui a reproché de vouloir créer des « sociétés sans identité »; en Roumanie, où la majorité sociale-démocrate a allégué que le magnat avait téléguidé l’hiver dernier des centaines de milliers de manifestants contre un allègement de la législation anticorruption.  La Russie a interdit en 2015 sur son territoire la fondation OSF, dont le créateur a soutenu les « révolutions de couleur » en Europe centrale et orientale, comme en Ukraine.  De l’autre côté de l’Atlantique, le site internet d’information Breitbart, dont le cofondateur, Steve Bannon, est un proche du président américain Donald Trump, publie des mises en cause quasi-quotidiennes de George Soros.  La crise migratoire qui a touché l’Europe en 2015 et 2016 a encore accentué le clivage, plusieurs organisations financées par l’OSF ayant des activités de soutien aux réfugiés.   Directeur de l’OSF pour la région Europe/Asie, Leonard Benardo constate « la férocité » sans précédent des attaques. Une preuve selon lui que « vous pouvez avoir des élections en grande partie libres et équitables tout en nourrissant de grandes angoisses vis-à-vis de l’idée de société ouverte ».

Posted in actualités | Commentaires fermés

Mourrir de rire?

Alors que le monde entier fête le rire ce dimanche 7 mai, beaucoup ignorent que derrière l’expression « mourir de rire » se cache une réalité moins drôle. Bien sûr, le rire est bon pour la santé, excellent pour les voies respiratoires, pour la digestion, pour l’humeur ou encore contre la douleur mais le rire a aussi son côté obscur. Que risque-t-on à trop rire? Le rire « n’est pas seulement bon pour la santé » mettent en garde des chercheurs anglais qui ont signé une étude sur le sujet en décembre 2013. Cette étude parue dans le British Medical Journal (BMJ) cite par exemple le cas d’une femme atteinte d’une malformation cardiaque et qui est morte après trois minutes de rire ininterrompu. Des personnes ont aussi avalé des objets lorsqu’ils voulaient reprendre leur souffle, d’autres se sont disloqués la mâchoire. Le rire peut être aussi un vecteur de transmission de maladie infectieuse selon ces chercheurs du City Hospital Birmingham. Si les chercheurs anglais se sont cantonnés aux dangers banals du rire, un neurologue français, Patrick Verstichel a vu passer un cas digne d’un épisode de la série Docteur House. « Je me souviendrai toujours d’un de mes patients que tout faisait rire » explique-t-il dans la revue Cerveau & Psycho en 2008. Ce patient qui ne semblait pas être en mauvaise santé ne pouvait s’empêcher d’être hilare en permanence. En cause, une lésion cérébrale. « Qu’on lui demande son lieu de naissance, il est pris d’un fou rire, les larmes lui montent aux yeux, il étouffe pratiquement sous les hoquets, incapable bien sûr de répondre », raconte encore le neurologue. Après un scanner, le spécialiste va découvrir une lésion localisée dans le lobe frontal droit du cerveau de ce patient, doublé d’un œdème qui comprime son cerveau. Cette lésion s’était formée à cause d’une dent infectée non soignée. Les bactéries se sont progressivement propagées au cerveau et ont proliféré. Résultat, crise de rire. Après l’opération, en revanche, le patient n’avait plus le cœur à rire, un mal profond le rongeait, la dépression.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Hospitalisés à l’hôtel

Le concept des hôtels-patients est déjà largement répandu aux USA et dans le Nord de l’Europe. La France pourrait se lancer dans l’aventure prochainement, puisque les autorités de santé viennent de définir les critères d’éligibilité des futurs hôtels-patients. Une autre façon d’envisager le séjour à l’hôpital ! Ce concept, né aux USA et dans le Nord de l’Europe, se propage progressivement. En Suisse, le premier hôtel-patients a ouvert ses portes en 2016 à Lausanne et accueille plusieurs catégories de patients : Des patients autonomes dans leurs activités quotidiennes, mais nécessitants des soins ou des examens, dispensés ou organisés par l’hôtel-patients en lien avec l’hôpital ; Des patients et leurs familles avant une intervention chirurgicale ; Des patients ayant reçu des soins en hôpital de jour ; Des proches de patients hospitalisés, pour qu’ils puissent les accompagner au plus près. Situé à proximité immédiate du Centre Hospitalier Universitaire, du personnel soignant est présent 24heures/24 et 7jours/7 dans l’établissement. La sécurité des patients est assurée par un bracelet d’alarme à déclencher en cas d’urgence. Ces derniers restent d’ailleurs sous la responsabilité des équipes médicales hospitalières pendant toute la durée de leur séjour. Les patients bénéficient à la fois de prestations hôtelières, dignes d’un hôtel 3 étoiles, et d’un suivi médical hospitalier. Cet hôtel est géré par une entreprise entièrement privée, qui collabore étroitement avec l’établissement hospitalier. Quels sont les avantages d’un hôtel-patients ? Selon les spécialistes, ils sont nombreux, avec des bénéfices à la fois pour les patients et les équipes médicales : La libération de lits dans les services hospitaliers, pour les réserver à des cas plus graves ; Une amélioration de la qualité des courts séjours hospitaliers, ce qui réduit les conséquences sur la santé du patient, par exemple en termes d’autonomie, d’alimentation ou de risques d’infections nosocomiales (infections contractées à l’hôpital) ; Une meilleure intégration de l’entourage dans la prise en charge médicale des patients ; Une surveillance renforcée des patients après des soins ou une intervention ambulatoire. Pour lancer l’expérimentation, la Haute Autorité de Santé a récemment publié les critères d’éligibilité ou de sélection des patients, qui pourraient bénéficier d’un tel dispositif. Entrent ainsi en ligne de compte plusieurs facteurs : Le parcours de soin du patient ; Des critères médicaux (autonomie, risque contagieux, trouble mental), mais aussi sociaux ; L’éloignement entre la résidence principale du patient et l’établissement hospitalier ; Le consentement libre et éclairé du patient. Cet hébergement temporaire non médicalisé, à proximité directe des établissements hospitaliers, pourrait être particulièrement intéressant dans les contextes, qui ne nécessitent pas systématiquement une hospitalisation, tels que : La réalisation d’un examen médical en ambulatoire (la veille et le lendemain) ; Une séance de chimiothérapie (le lendemain) ; Une intervention chirurgicale en hôpital de jour (la veille et le lendemain) ; Une fin de grossesse à risque, lorsque le domicile de la patiente est éloigné de la maternité ; La veille d’une césarienne programmée. A la différence de l’exemple suisse, la France a opté pour des hôtels-patients totalement dépourvus de soin ou de surveillance médicale, et sans présence de personnel soignant. La durée du séjour ne serait en théorie pas limitée, mais adaptée aux besoins de chaque patient. Le coût de cet hébergement pourrait à terme être pris en charge par l’Assurance Maladie et/ou les complémentaires santés, s’il est justifié et prescrit médicalement. En revanche, il sera à la charge du patient, s’il le choisit par confort personnel. Des hôtels-patients pourraient progressivement voir le jour un peu partout en France. L’occasion d’aborder différemment un court séjour à l’hôpital. A lire sur Les plus beaux hôtels du monde.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.