Monthly archives: février 2017

A San Fran

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés

Internet et la fin du monde

En général, on se demande si nous survivrions à la disparition d’Internet (or c’est vraiment trop XXe siècle comme question…). Heureusement, Paul Jorion, dans son livre « Le dernier qui part éteint la lumière », nous invite à nous poser une autre question autrement excitante : dans le cas – très probable selon lui – où l’humanité s’éteindrait dans les décennies à venir, Internet nous survivrait-il ? Eh bien, je vais rassembler les hypothèses qu’ici ou là, des tarés d’internautes ont énoncées pour vous fournir la réponse la plus certaine. Donc , Internet survivrait-il à notre extinction ? Figurez-vous que la réponse n’est pas si simple. Car elle dépend de la nature même de l’apocalypse qui aura présidé à notre disparition. Ainsi devons-nous envisager différentes possibilités : disparaitrons-nous à cause d’une pandémie ? d’une éruption volcanique ? d’une catastrophe climatique ? d’un astéroïde ? ou d’une guerre nucléaire ? Ça n’est pas pareil. Pas du tout. Bon, étant donné la structure du réseau, qui est décentralisée, ne dépend pas d’une entreprise, d’un Etat ou d’un seul type d’installation, il y a des chances que le réseau survive – au moins en partie – à une destruction même massive de notre environnement. Souvenez-vous qu’Arpanet, l’ancêtre d’Internet a été conçu précisément pour résister à une attaque nucléaire. Par ailleurs, même en cas de destruction des infrastructures terrestres (câbles, fibres optique etc.) par une catastrophe climatique ou une éruption volcanique, les satellites pourraient continuer à nous fournir du réseau. Donc, en cas de disparition de l’humanité à cause d’une catastrophe matérielle, il suffirait que quelques points stratégiques aient été épargnés pour que des parties d’Internet fonctionne encore. En fait, et sur ce point tout le monde est d’accord, le problème est moins dans Internet lui-même, que dans sa source d’alimentation. Car dans bien des scénarios envisagées, les centrales électriques seraient atteintes, ainsi que le réseau électrique. Or, l’électricité est nécessaire au fonctionnement d’Internet. Au fonctionnement des ordinateurs, des serveurs (et notamment des 13 serveurs racines) et au fonctionnement de ces points d’échange qui interconnectent les réseaux et font d’internet un réseau de réseaux (sans points d’échanges, il n’y a que des intranets). Sans électricité, au bout de quelques jours, quand auraient cessé de fonctionner les générateurs de secours, quand ce seraient épuisées les batteries, les machines cesseraient de fonctionner. Dans le cas d’une pandémie, il faudrait attendre peut-être un peu plus longtemps, mais le réseau électrique ne survivrait pas longtemps sans les hommes et Internet s’éteindrait (il y a un même un internaute pour estimer cette durée à deux semaines maximum, je me demande comme il fait pour arriver à ce chiffre). Donc, dans tous les cas, Internet ne nous survivrait pas longtemps. Mais, il nous survivrait un peu, d’où une autre question : que serait Internet sans êtres humains ? Très belle question, qui me rappelle un peu celle qu’on se pose quand on commence la philosophie à l’entrée en terminale : quel bruit fait un arbre qui tombe quand il n’y a aucune oreille pour l’entendre ? Ainsi dans Internet, ce qui continuerait de vivre, ce serait ce qui est automatique. Les envois de mails automatiques, des mises à jour prévues, des rappels de dates (anniversaire des proches, rendez-vous pris très longtemps à l’avance) ; les robots de Google continueraient à scanner le Web, ceux de YouTube à traquer les contenus dérogeant aux droits d’auteurs, alors qu’il n’y a plus d’auteurs… Il y aurait un moment d’autonomie étrange, inutile, vide, puis Internet s’éteindrait. Mais il faut se poser une dernière question : imaginons l’humanité disparue, imaginons qu’Internet tourne quelques jours et s’arrête, est-ce que quelqu’un pourrait le remettre en marche ? (quand je dis « quelqu’un » je ne dis pas un être humain, mais un être intelligent venu d’ailleurs, bien sûr…). Eh bien on ne sait pas. Car, depuis qu’il a été créé, Internet ne s’est jamais arrêté complètement. On ne sait pas s’il pourrait redémarrer. Peut-être qu’Internet serait disparu à jamais. Pour l’éternité. Voilà, vous savez maintenant qu’Internet ne nous survivra pas. Et je suis heureux de vous annoncer que je viens de prononcer la première chronique de ma vie qui, par définition, ne pourra jamais être vérifiée, ni contredite, ce qui me met en joie.

Posted in international | Commentaires fermés

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.