Monthly archives: avril 2017

Les onze jours où Mohamed Merah a fait basculer la France dans l’horreur

Il y a cinq ans, la France découvrait avec effroi le visage de Mohamed Merah. Du 11 au 22 mars 2012, la tête camouflée sous un casque de motard, le Toulousain semait la terreur à bord d’un puissant scooter, prenant d’abord pour cibles des militaires puis à la communauté juive. À Toulouse et Montauban, le jeune homme qui se proclamait «combattant d’al-Qaida» tuera sept personnes au nom du djihad – trois soldats, trois écoliers et un enseignant -, avant d’être tué. «L’attentat a été le prélude à une horreur nationale», rappelle le rabbin de Toulouse, Harold Avraham Weill, estimant qu’il y a «clairement eu un avant et un après 19 mars». Une date qui fait référence à l’attaque contre l’école Ozar Hatorah. C’est ce jour que les autorités ont choisi pour commémorer le cinquième anniversaire des attentats. «Frappée par le terrorisme islamiste, Toulouse se fait un devoir de se souvenir de ces vies fauchées par une haine aveugle», explique le maire Jean-Luc Moudenc (LR). Le Figaro retrace les onze jours qui ont fait basculer la France dans l’horreur. De Toulouse à Montauban, Mohamed Merah, djihadiste passé par le Pakistan, en Afghanistan ou encore en Syrie, aura déjoué les plans des services antiterroristes.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés

Hospitalisés à l’hôtel

Le concept des hôtels-patients est déjà largement répandu aux USA et dans le Nord de l’Europe. La France pourrait se lancer dans l’aventure prochainement, puisque les autorités de santé viennent de définir les critères d’éligibilité des futurs hôtels-patients. Une autre façon d’envisager le séjour à l’hôpital ! Ce concept, né aux USA et dans le Nord de l’Europe, se propage progressivement. En Suisse, le premier hôtel-patients a ouvert ses portes en 2016 à Lausanne et accueille plusieurs catégories de patients : Des patients autonomes dans leurs activités quotidiennes, mais nécessitants des soins ou des examens, dispensés ou organisés par l’hôtel-patients en lien avec l’hôpital ; Des patients et leurs familles avant une intervention chirurgicale ; Des patients ayant reçu des soins en hôpital de jour ; Des proches de patients hospitalisés, pour qu’ils puissent les accompagner au plus près. Situé à proximité immédiate du Centre Hospitalier Universitaire, du personnel soignant est présent 24heures/24 et 7jours/7 dans l’établissement. La sécurité des patients est assurée par un bracelet d’alarme à déclencher en cas d’urgence. Ces derniers restent d’ailleurs sous la responsabilité des équipes médicales hospitalières pendant toute la durée de leur séjour. Les patients bénéficient à la fois de prestations hôtelières, dignes d’un hôtel 3 étoiles, et d’un suivi médical hospitalier. Cet hôtel est géré par une entreprise entièrement privée, qui collabore étroitement avec l’établissement hospitalier. Quels sont les avantages d’un hôtel-patients ? Selon les spécialistes, ils sont nombreux, avec des bénéfices à la fois pour les patients et les équipes médicales : La libération de lits dans les services hospitaliers, pour les réserver à des cas plus graves ; Une amélioration de la qualité des courts séjours hospitaliers, ce qui réduit les conséquences sur la santé du patient, par exemple en termes d’autonomie, d’alimentation ou de risques d’infections nosocomiales (infections contractées à l’hôpital) ; Une meilleure intégration de l’entourage dans la prise en charge médicale des patients ; Une surveillance renforcée des patients après des soins ou une intervention ambulatoire. Pour lancer l’expérimentation, la Haute Autorité de Santé a récemment publié les critères d’éligibilité ou de sélection des patients, qui pourraient bénéficier d’un tel dispositif. Entrent ainsi en ligne de compte plusieurs facteurs : Le parcours de soin du patient ; Des critères médicaux (autonomie, risque contagieux, trouble mental), mais aussi sociaux ; L’éloignement entre la résidence principale du patient et l’établissement hospitalier ; Le consentement libre et éclairé du patient. Cet hébergement temporaire non médicalisé, à proximité directe des établissements hospitaliers, pourrait être particulièrement intéressant dans les contextes, qui ne nécessitent pas systématiquement une hospitalisation, tels que : La réalisation d’un examen médical en ambulatoire (la veille et le lendemain) ; Une séance de chimiothérapie (le lendemain) ; Une intervention chirurgicale en hôpital de jour (la veille et le lendemain) ; Une fin de grossesse à risque, lorsque le domicile de la patiente est éloigné de la maternité ; La veille d’une césarienne programmée. A la différence de l’exemple suisse, la France a opté pour des hôtels-patients totalement dépourvus de soin ou de surveillance médicale, et sans présence de personnel soignant. La durée du séjour ne serait en théorie pas limitée, mais adaptée aux besoins de chaque patient. Le coût de cet hébergement pourrait à terme être pris en charge par l’Assurance Maladie et/ou les complémentaires santés, s’il est justifié et prescrit médicalement. En revanche, il sera à la charge du patient, s’il le choisit par confort personnel. Des hôtels-patients pourraient progressivement voir le jour un peu partout en France. L’occasion d’aborder différemment un court séjour à l’hôpital. A lire sur Les plus beaux hôtels du monde.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.