Monthly archives: avril 2019

Du jet ski à Cannes

Dernièrement, j’ai pratiqué une sympathique virée en jetski. La journée était sublime et le soleil au rendez-vous. Bref, j’ai passé un super moment. Cependant, sur le retour, je n’ai pu m’empêcher de penser au danger du réchauffement climatique, dont on ressent la trace dans la chaleur inhabituelle. Et donc, je voudrais parler ici de la décision du Donald à propos de l’accord de Paris. Le président orange a tout fait pour reporter son jugement au plus tard. La décision, qui devait initialement être communiquée le 9 mai, a en effet été repoussée à l’après G7 (où Trump a gardé le silence malgré les efforts conjugués de la France et de l’Allemagne pour le pousser à respecter l’engagement des Etats-Unis). Pour sa défense, la décision a dû être compliquée à prendre : parmi ceux qui demandaient qu’il soutienne cet accord, se trouvait sa propre fille. Parmi les climatosceptiques l’incitant à s’opposer à cet accord, il y avait à l’inverse Scott Pruitt, le responsable de l’agence de protection de l’environnement. Plusieurs grandes firmes américaines, parmi lesquelles Google et Microsoft, se sont en plus déclarées en faveur de cet accord, et ont de même tenté de peser de tout leur poids. Bref, ça a dû être un joyeux bordel, et une sacrée pression sur les épaules du Donald. Mais en définitive, la décision de ce dernier était courue d’avance, je crois. Depuis son investiture, Trump affiche en effet clairement son intention de redéployer les énergies fossiles. Et durant sa campagne, il avait considéré cet accord comme un supercherie créée par les Chinois pour porter atteinte aux Etats-Unis. Bien évidemment, cette décision est un revers sans précédent pour la cause climatique. Ceci étant dit, tout n’est pas perdu. Pékin est déjà parti en quête d’un nouvel allié dans son combat, et tout le monde semble prêt à respecter ses engagements. Au passage, cette promenade en jetski à Cannes m’a fait passer un excellent moment. Jetez donc un oeil à ce site par lequel je suis passé, si ça vous intéresse ! Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette activité de randonnée de jet ski à Cannes.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Google vous traque aussi

Un groupe de surveillance de la confidentialité a déposé une plainte auprès de la FTC concernant le système de Google permettant de suivre les achats effectués en personne par les internautes, dans des magasins physiques.  Google a annoncé le nouveau service – un moyen pour les annonceurs de mesurer l’efficacité d’une campagne de publicité en ligne – en mai. Il combine les enregistrements de recherche et d’application de Google avec les données d’achat par carte de crédit obtenues auprès de sources tierces. « Nous avons investi dans la mise en place de protections de la vie privée parmi les meilleures du secteur avant de lancer cette solution », a déclaré la société à NPR dans un communiqué. « Toutes les données sont cryptées et agrégées. »  L’Electronic Privacy Information Center craint que les méthodes de Google, dont les détails ne sont pas publics, ne protègent pas suffisamment la vie privée des utilisateurs. Le centre, également appelé EPIC, demande à la Federal Trade Commission de mener une enquête.  « Google affirme qu’ils ne savent pas qui sont les utilisateurs, qu’ils sont en train d’être désidentifiés », déclare Marc Rotenberg, président de l’EPIC. « Nous voulons que la FTC se rapproche Regardez. »   ‘Mesure des ventes en magasin’   Google est à la fois un moteur de recherche et un moteur de publicité en ligne. Il tire parti de sa vaste collection de données pour créer des statistiques détaillées sur les annonces. Depuis plusieurs années, la société utilise les données de localisation sur les téléphones pour suivre les visites des magasins, par exemple, pour voir combien de personnes ont cliqué sur une annonce PetSmart puis ont visité leur PetSmart locale.   Mais le nouveau système va plus loin et examine les achats réels en s’appuyant sur les transactions effectuées par carte de crédit en magasin. Google dit qu’il n’a pas directement accès à ces données. Cependant, la société a des « partenariats avec des tiers » qui « capturent environ 70% des transactions par carte de crédit et de débit aux Etats-Unis », a déclaré Google en mai.   Ces données sont référencées avec les informations dont dispose déjà Google pour connecter les comptes d’utilisateurs à des achats en personne. Des données agrégées indiquant la relation entre les annonces Google et les achats sont ensuite transmises aux annonceurs.   Google a fourni quelques précisions sur la manière dont cela processus fonctionne, mais la société dit qu’elle ne peut pas identifier « des individus particuliers » et ne sait pas quels produits une personne a achetés. Le Washington Post a rapporté cet outil en mai:   « Les dirigeants de Google déclarent utiliser des formules mathématiques complexes et en instance de brevet pour protéger la vie privée des consommateurs. Les formules mathématiques convertissent en noms anonymes Les formules empêchent Google de connaître l’identité des acheteurs dans le monde réel et les détaillants de connaître l’identité des utilisateurs de Google, ont déclaré des responsables de l’entreprise, qui ont qualifié le processus de « cryptage à double insu ». «    Rotenberg affirme que Google n’a jamais identifié l’identité de ses partenaires tiers, « quelles sont les données acquises ou quelles sont les mesures prises pour les supprimer de l’identité ». Sans ces détails, dit-il, il y a de bonnes raisons d’être sceptique face aux affirmations d’anonymat de la société.   Il pointe vers des exemples tels que Snapchat, l’application qui dit que les photos postées sur sa plate-forme disparaissent à jamais. EPIC a contesté cette réclamation dans une plainte déposée auprès de la FTC. La FTC a convenu que Snapchat était trompeur et la société a finalement réglé les accusations.   Rotenberg explique que si les pratiques d’anonymisation de Google sont aussi robustes qu’elles le disent, cela atténuera probablement les problèmes de confidentialité d’EPIC. Mais sans enquête indépendante, dit-il, il est impossible d’évaluer les affirmations de Google selon lesquelles le processus est totalement anonyme.   EPIC se plaint également du fait que le processus de désabonnement est «opaque et trompeur», la plupart des utilisateurs ne réalisant pas qu’ils auraient besoin de se désengager d’un tel système.   Google indique à NPR que les utilisateurs disposent de « contrôles robustes » sur leurs données et peuvent désactiver le suivi des achats en retirant la permission à Google d’utiliser leur « activité Web et d’application ». (Pour ce faire, rendez-vous sur « Mon activité » dans votre compte Google, sélectionnez « Contrôles d’activité » et désélectionnez « Activité Web et d’application ».)   Google dit au magasin NPR Le produit de mesure des ventes est actuellement en version bêta et uniquement aux États-Unis pour certains annonceurs.

Posted in actualités | Commentaires fermés

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.