Quand Zuckerberg rencontre Macron

La France a accueilli vendredi Mark Zuckerberg sur Facebook avec la menace d’une nouvelle réglementation radicale. Zuckerberg est à Paris pour montrer que son géant des médias sociaux travaille d’arrache-pied pour limiter l’extrémisme violent et les discours de haine partagés en ligne.  Mais un groupe de régulateurs et d’experts français qui ont passé des semaines dans les installations de Facebook à Paris, Dublin et Barcelone a déclaré que la société ne travaillait pas assez dur.  Juste avant que Zuckerberg rencontre le président français Emmanuel Macron à Paris, les 10 responsables ont publié un rapport appelant à des lois permettant au gouvernement d’enquêter et de sanctionner les réseaux sociaux qui ne prennent pas la responsabilité du contenu qui les rend rentables.  Le gouvernement français souhaite que la législation serve de modèle à la gestion européenne des réseaux sociaux. Plusieurs pays ont introduit des lois similaires, certaines plus sévères que celles proposées par la France.  Pour un utilisateur moyen, il semble que le problème soit insoluble. Les fusillades en masse sont diffusées en direct et des foules en ligne répandent des rumeurs qui mènent à une violence meurtrière. Facebook crée même par inadvertance des vidéos de célébration utilisant un contenu extrémiste et des pages commerciales générées automatiquement pour des groupes tels que le groupe État islamique et Al-Qaïda.  La société a déclaré qu’elle travaillait sur des solutions et que les régulateurs français ont félicité Facebook pour avoir embauché plus de personnes et utilisé l’intelligence artificielle pour repérer et réprimer les contenus dangereux.  Mais ils ont ajouté que Facebook ne fournissait pas aux autorités françaises suffisamment d’informations sur ses algorithmes pour juger de leur fonctionnement et qu’un « manque de transparence … justifie une intervention des pouvoirs publics ».  Les régulateurs ont recommandé juridiquement d’exiger un « devoir de vigilance » pour les grands réseaux sociaux, ce qui signifie qu’ils devraient modérer les discours de haine publiés sur leurs plateformes. Ils insistent sur le fait que toute loi devrait respecter la liberté d’expression, mais n’ont pas expliqué comment Facebook devrait équilibrer ces responsabilités dans la pratique.  ‘Respecter les normes’ Après avoir rencontré Macron, M. Zuckerberg a déclaré dans un article sur Facebook qu’il souhaitait que les gouvernements jouent un rôle plus actif dans l’élaboration de la réglementation relative à Internet. Il a fait des remarques similaires plus tôt cette année, mais a été vague sur le type de réglementation qu’il préconise.  Facebook est confronté à des « décisions nuancées » impliquant un contenu préjudiciable mais non illégal et les recommandations françaises, qui définissent des directives pour ce qui est considéré comme préjudiciable, « créeraient une approche plus cohérente dans le secteur de la technologie et garantiraient que les entreprises soient tenues pour responsables de l’application des normes à ce contenu. « , A déclaré Zuckerberg.  Les régulateurs ont reconnu que leurs recherches ne portaient pas sur des contenus violents partagés sur des groupes de discussion privés ou des applications chiffrées, ni sur des groupes tels que 4chan ou 8chan, où criminels et extrémistes et les personnes soucieuses de la vie privée se tournent de plus en plus vers la communication.  Facebook a déclaré que Zuckerberg était en France dans le cadre de réunions à travers l’Europe pour discuter de la future réglementation d’Internet. Facebook a accepté d’intégrer les régulateurs français dans le but de développer conjointement des propositions pour lutter contre le contenu haineux en ligne.

Posted in actualités. Bookmark the permalink. RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

Comments are closed.

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.