Un moment magique sous la neige

Le vent a fouetté mes cheveux alors que je volais sur la neige. C’était magnifique! Jusqu’à ce que ma motoneige bafouille sous moi. Pas encore. J’ai ralenti pour m’arrêter. Mes amis ont filé en avant sur les sentiers enneigés à travers les bois, manœuvrant facilement, évitant les arbres et les rochers.

Je n’avais jamais conduit une motoneige avant aujourd’hui. Mais quand j’ai rencontré des gens qui m’ont invité sur les sentiers à l’extérieur de Twisp, Washington, j’ai sauté sur l’occasion. Excitation? Comptez sur moi. J’ai fait de la plongée sous-marine, j’ai escaladé des montagnes, j’ai même sauté des avions. Me suis-je déjà inquiété de me blesser? Jamais! J’étais jeune et invincible. J’avais eu quelques bleus ici et là, mais je ne pouvais pas imaginer être gravement blessé. Pas moi. Surtout sur ce slow-mobile que je conduisais.

f0049-01
Me suis-je déjà inquiété de me blesser? Jamais! J’étais jeune et invincible.
L’un des membres du groupe est retourné vers moi. «Conked encore?» dit-il en se levant à côté de moi.

J’ai soulevé mes lunettes. « Oui. Encore.

C’est frustrant. » Excès de vitesse dans la neige était tellement amusant, mais pulvériser à un arrêt toutes les 10 minutes était tout sauf. Nous étions dehors depuis plus d’une heure et je voulais courir sur la neige. Et faire une randonnée en motoneige.

«Pourquoi ne changeons-nous pas?» il a dit.

«J’espérais que tu dirais ça.»

Je suis rapidement monté sur sa grosse motoneige brillante, j’ai remis mes lunettes et j’ai resserré la jugulaire de mon casque.

« Celui-ci est plus puissant que celui sur lequel vous roulez », a déclaré mon ami. « Vous devez être prudent avec cela. »

« Je peux le faire. » J’étais un expert maintenant, après tout.

Je me suis installé sur le siège et j’ai démarré le moteur. J’ai tout de suite pu sentir sa puissance. J’ai appuyé sur l’accélérateur et je suis parti en courant à travers la forêt enneigée. La machine a fonctionné comme un rêve, à l’exception d’une légère traction vers la gauche qui a rendu la conduite un peu difficile. J’ai accéléré, ce qui a facilité les choses. Un peu plus d’accélération et ça ne tirait pas du tout. C’est mieux!

f0050-01
Cheryl a plongé dans la mer et a sauté des avions, mais la motoneige était nouvelle pour elle.

Tout à coup, un champ plein de rochers est apparu devant. J’ai saisi le guidon et je me suis préparé à faire un virage serré à droite pour les éviter. Mes yeux sont tombés sur mon indicateur de vitesse: 89 miles par heure. Que vite? J’ai serré fort mes freins et j’ai poussé le guidon vers la droite.

La motoneige a continué tout droit. Cela n’a pas ralenti un peu. Ça ne pouvait pas. Je ne touche pas le sol! J’ai réalisé. J’étais en l’air et je me dirigeais droit vers ce champ de rochers.

J’ai levé les yeux vers le ciel. Eh bien, mon Dieu, voilà.

J’ai attendu que la peur me frappe. La peur de savoir que j’étais sur le point d’être gravement blessé, sinon tué. Au lieu de cela, j’ai ressenti une paix complète. Je n’avais pas peur.

La motoneige a heurté un rocher et j’ai été projeté hors du siège. J’ai fracassé le pare-brise et j’ai navigué dans les airs, au-dessus des rochers, les bras tendus à mes côtés, comme si j’avais été abattu par un canon. J’ai dû ressembler à un petit missile survolant ces énormes rochers. À ma droite, j’ai entendu un crash.

Mon vol s’est terminé par un bruit sourd qui m’a mis face contre terre dans une tache de neige molle. j’étais peur de bouger. J’ai soigneusement déplacé un bras, une jambe. Wow, je me sens bien. J’avais atterri parfaitement dans un espace restreint entre plusieurs rochers. Même mes bras avaient été protégés en étant droit à mes côtés. C’était comme si Dieu m’avait pris par le col et avait dit: «Je pense que je vais te déposer juste… ici.»

Quelqu’un appelait mon nom. L’ami qui avait changé de motoneige avec moi est venu en courant, sautant de rocher en rocher à l’endroit où je me couchais. Il m’a sorti de la neige et m’a retourné.

« Je vais bien, » dis-je. « Vraiment je vais bien. »

«J’aurais dû vous donner un avertissement plus fort», dit-il. «Vous auriez pu être tué. Il était presque en larmes.

Cela n’aurait rien fait de bien. Certaines leçons doivent simplement être apprises à la dure. Mais cette fois n’en faisait pas partie, du moins pas pour moi. Au loin, j’ai vu de la fumée et des flammes venir de l’endroit où la motoneige s’était écrasée. Mais Dieu m’avait épargné. Si j’étais indestructible ce jour-là, ce n’était que par la grâce de Dieu.

Aujourd’hui j’aime toujours l’aventure. Je fais de la randonnée, natation et cyclisme. Mais cette fille casse-cou que j’étais est partie depuis longtemps. Je connais mes limites et je sais que Dieu est le seul à n’en avoir aucune.

Posted in Uncategorized. Bookmark the permalink. RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

Comments are closed.

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.