L’Ecosse dit « non »

L’Ecosse est-elle revenue à la raison ? J’ai eu la chance d’être à Londres hier pour le boulot, en séminaire, et c’était fascinant de pouvoir être au cœur de l’action alors que l’Ecosse devait voter oui ou non pour son indépendance. Les Ecossais ont finalement voté « non » à l’indépendance lors d’un référendum historique marqué par une participation massive à hauteur de l’enjeu historique. La victoire confortable du « non » a été définitivement établie après dépouillement de 30 des 32 circonscriptions. Le « non » recueillait alors 55,2% des suffrages et le « oui » 44,85%. Alex Salmond, Premier ministre écossais et leader des pro-indépendance a fait un discours pour reconnaître « sa défaite ». « C’est une étape monumentale dans l’histoire de notre pays. Je pense que le processus nous crédibilise et crédibilise l’Ecosse, avec une participation de 90%. C’est l’une des plus élevées de l’histoire de toutes les démocraties, c’est un triomphe pour la démocratie (…). J’accepte le résultat de cette élection et je m’engage à travailler pour l’avenir de l’Ecosse et du Royaume-Uni » a-t-il indiqué tôt ce vendredi matin. En effet, la participation a été exceptionnelle avec plus de 93% de votants selon les premiers chiffres. Ce qui laisse rêveur et qui témoigne d’une fantastique démocratie qui fonctionne bien. Peu avant, David Cameron avait accrédité la victoire du camp du non dans un tweet au responsable de la campagne du non, soutenue par les trois partis traditionnels britanniques (conservateur, libéral-démocrate et travailliste d’opposition) et par une majorité à la City. «J’ai parlé à Alistair Darling – et je l’ai félicité pour une campagne bien menée», a-t-il dit. L’intéressé a salué en retour sur son compte «une nuit extraordinaire», depuis Glasgow, la deuxième ville du pays qui a voté oui. Il a appelé vendredi matin le Royaume-Uni à se «rassembler» après la victoire du non, qu’il avait lui-même soutenu, au référendum d’indépendance en Écosse. «Il est temps pour notre Royaume-Uni de se rassembler et d’aller de l’avant», a déclaré David Cameron lors d’une déclaration au 10, Downing Street à Londres, estimant que la question de l’indépendance de l’Ecosse était désormais réglée pour «une génération ». Mais effectivement, il faut déjà se poser la question du futur. Et c’est exactement ce dont nous avons discuté lors de notre séminaire à Londres, c’est que le futur contient nécessairement un nouveau référendum, dans quelques années, une dizaine ou une vingtaine, mais la question est déjà acquise.

Posted in international and tagged , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

Comments are closed.

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.